Subtilcoaching 2008-2015©

GAZETTE DE LA COCCINELLE

20 - Printemps  2014- 2  -Rendre service

iquam dapibus ipsum

accueil

Rendre service : n’est-ce pas la plus jolie preuve d’amitié, de considération,  d’attention ?

Pas toujours. Voici une anecdote vécue : une amie, professionnelle de l’accompagnement d’entreprise, bénéficie, pour son bureau, des services payants d’une femme de ménage, efficace et dévouée.


Avant les vacances, cette amie décide de faire un peu de tri et de rangement dans ses dossiers. Elle dépose certains papiers à archiver ou à détruire dans un carton sur une chaise ; ces dossiers sont « en attente » ; le reste des papiers à évacuer va se loger dans la corbeille prévue à cet effet.

La femme de ménage, zélée, voit le carton et décide que « c’est à mettre à la poubelle », en plus du contenu de la corbeille à papier….

Quand mon amie revient de son rendez-vous, elle cherche un papier précis sur lequel figure un numéro de téléphone et décide d’inspecter le carton : il est vide ! Aïe !

Le lendemain, elle croise la femme de ménage et lui demande ce qu’elle a fait des papiers dans le carton sur la chaise. « je les ai jetés ! » - réaction agacée de mon amie : « mais qui vous a demandé de les jeter ? » - réponse  contrite de la femme de ménage «  j’ai voulu rendre service. Comme les papiers étaient en tas dans le carton, j’ai pensé que je devais les mettre à la poubelle. » - réaction sans appel de mon amie « quand je veux jeter des papiers, je les mets dans la corbeille à papier. Je ne vous ai pas demandé de jeter ce qui était dans le carton. »

La femme de ménage est partie, mécontente, en grommelant que « voilà ce que c’était, quand on veut rendre service ! « on » se fait enguirlander, ce n’est pas juste….. ».















Au risque de choquer, je comprends très bien la réaction de mon amie. Elle n’avait effectivement rien demandé à la femme de ménage. Elle a son rangement, et elle n’a pas besoin qu’un tiers décide de ce qu’il y a à jeter à sa place.


La femme de ménage a-t-elle « rendu un service » ? elle en a probablement eu l’intention, son intention était positive, mais l’effet a été particulièrement négatif.

Moralité : rendre « serre-vis » ne rend service à personne, à moins qu’il y ait eu une vraie demande que le service soit rendu !

Quand vous-même vous souhaitez aider quelqu’un de votre entourage, lui rendre service, prenez la sage précaution de lui demander au préalable si cela lui convient, vous éviterez les déconvenues !

MP Subtil - juin 2014